Vaccin Spoutnik, une autre option à Chypre

v

Par viotopo News
Vaccin Spoutnik, une autre option à Chypre

Une année s'est écoulée depuis que le 9 mars 2020 s'est malheureusement souvenu. Ce jour-là a été confirmé les premiers cas de Covid-19 : un médecin de Nicosie âgé de 64 ans, revenu d'une convention en Angleterre ; et un homme de 25 ans de Limassol, retourné dans notre pays après avoir traversé l'Italie.

Depuis lors, 41 822 cas ont été confirmés (au 20 mars), dont 242 mortels à la même date.

Il est essentiel de savoir que le 21 mars, le vaccin a été administré à 14,78% de la population : la neuvième place parmi les pays européens qui ont le plus vacciné jusqu'à présent. Ces données ont été obtenues à partir de la page Statista, qui peut être consultée en cliquant ici (Lire l'article https://www.statista.com/statistics/1196071/covid-19-vaccination-rate-in-europe-by-country/).

Dans ce contexte, les vaccins sont essentiels pour que les pays reprennent un mode de vie « aussi normal que possible » tout en s'adaptant à cette « nouvelle normale ».

Le gouvernement chypriote attend l'approbation du vaccin russe Spoutnik V par l'Agence européenne des médicaments (EMA). Si cette approbation se produit, elle déclenchera un accord bilatéral qui a déjà été approuvé il y a quelques semaines. Cela signifiera l'entrée de 50 mille doses du vaccin russe à Chypre dans une phase initiale.
Ce vaccin a déjà été approuvé dans différents pays à l'échelle mondiale et a fait l'objet d'un examen continu par l'Agence européenne des drogues. Jusqu'à présent, aucune demande officielle d'autorisation n'a été présentée. Si cela se produit, on croit que beaucoup plus peut être demandé.

Il existe des accords préliminaires pour la production du vaccin russe en Italie, en Espagne, en France et en Allemagne. Même la Hongrie a déjà acheté ce vaccin, tandis que la République tchèque et la Slovaquie ont passé des commandes. Mais tout n'est pas si simple en cas de pandémie. De nombreux spécialistes des relations internationales suggèrent que l'adoption du vaccin Spoutnik V serait une « grande défaite politique » pour l'Europe.

Le programme de vaccination à Chypre a été particulièrement stimulé ces dernières semaines par l'administration de Pfizer et AstraZeneca. Il convient d'ajouter qu'un moins grand nombre de vaccins Moderna ont été commandés, alors qu'en avril seulement devrait gérer la livraison des vaccins Johnson & Johnson.

Actuellement, l'une des préoccupations concerne les effets secondaires du vaccin AstraZeneca. Cette situation a suscité de la confusion parmi les fonctionnaires et la population.

L'année dernière, le vaccin Spoutnik a été englouti dans un océan de doute. Des spécialistes du monde entier ont remis en question son développement rapide. Cependant, en raison de la pénurie de vaccins et après leur approbation, un regain d'intérêt pour le vaccin russe est né. Il faut se rappeler que le scepticisme sur l'efficacité de Spoutnik a disparu après que les scientifiques ont découvert qu'il est efficace à 92 pour cent contre Covid-19.

À Chypre, nous étions sur la voie d'une levée partielle du blocus visant à ralentir la propagation du virus, mais il y a eu des ajustements de dernière minute après l'augmentation du nombre de cas. Pendant ce temps, nous devrons attendre un peu plus longtemps avant que les frontières ne soient rouvertes aux touristes, prévues pour les prochaines semaines.

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de noter ce nouveau.

Publicité